Thèses et mémoires

– Thèses soutenues

  • Carlos Morales, Université de Paris 1 : « La ocupación maya del norte de Petén (Guatemala) en el Clásico (150-950 d.C.) y su estructuración sociopolítica ». Dir. D. Michelet. Soutenance le 14 Juin 2021.

Le Nord du Petén comprend de très nombreux établissements préhispaniques qui se sont développés en fonction des possibilités et des contraintes du milieu karstique local. En se fondant sur un inventaire de 166 sites, dont les caractéristiques sont systématiquement résumées, notre étude cherche à caractériser l’occupation humaine dans la région tout au long du Classique et à préciser sa structuration sociopolitique, changeante au fil du temps. Après le déclin d’El Mirador autour de 150 apr. J.-C., le Nord du Petén a connu une importante restructuration de son occupation et de son organisation sociopolitique. Dans la première partie du IVe siècle, Naachtun est devenu le site le plus important de la région avec, à sa tête, un système de type royal dominé par le lignage de Suutz’. Autour de 550 apr. J.-C., une autre période a débuté suite à l’incursion dans la région de la dynastie Kaanul basée d’abord à Dzibanché, et comme résultat de son expansion. Après le transfert de son centre de pouvoir à Calakmul en 635 apr. J.-C., les sites de notre zone d’étude ont expérimenté un apogée démographique et culturel absolument sans équivalent. À cette époque, le Nord du Petén aurait été administré par au moins deux lignages : Chatahn Winik et Suutz’. En raison des guerres répétées entre Tikal (et ses alliés) et Calakmul et de la défaite de ce dernier en 735 apr. J.-C., le Nord du Petén est entré alors dans une étape de changement politique où le système royal a été remplacé par un système de type corporatif. En même temps, une introduction des styles Rio Bec y est évidente, notamment dans l’architecture et la céramique. Au Classique terminal (830 -950 apr. J.-C.), les Basses Terres mayas (le Nord du Petén inclus) ont connu une période de crise sociopolitique et culturelle. Malgré celle-ci, quelques sites de la région comme Naachtun et El Mirador montrent une relative prospérité jusqu’à la fin de la période. C’est grâce à l’utilisation des données spatiales (LiDAR et images satellitaires) ainsi qu’à celle d’autres outils de l’archéogéographie que l’on peut reconstituer la structuration sociopolitique et les modes d’habitat dans la région.

 

  • Marc Testé, Université de Paris 1 : « Reconstitution des paléo-environnements et des interactions Homme-milieux à l’Holocène récent dans les Basses Terres tropicales mayas (Petén, Guatemala), grâce aux études croisées du pollen et des phytolithes  ». Dir. N. Limondin. Soutenance le 28 février 2020. Téléchargement en PDF.

Sous les latitudes tropicales, les phytolithes représentent un indicateur clé dans la reconstitution des paléoenvironnements. Pourtant, ils sont encore modestement utilisés dans les études sur les environnements passés des basses-terres mayas, et ce, en dépit du faible potentiel des autres bioindicateurs de la végétation. C’est dans ce contexte et au travers des riches archives sédimentaires du site archéologique de Naachtun et de ses alentours, que nous proposons une nouvelle approche permettant d’exploiter les avantages inhérents à ces microfossiles siliceux, pour l’étude des environnements passés. Situé à l’extrême nord du Guatemala dans la forêt subtropicale du Petén, le territoire de Naachtun fait l’objet de recherches archéologiques et géoarchéologiques depuis 2010. Par sa localisation géographique au sein des basses-terres et sa proximité aux grands centres politiques mayas, ce site représente un espace clé dans l’évaluation des interactions entre les sociétés mayas et l’environnement au cours des 4 derniers millénaires, problématique principale de ce travail doctoral. Afin d’y répondre, deux axes méthodologiques ont été privilégiés. Le premier axe concerne une démarche actualiste et a pour but de calibrer les assemblages modernes de phytolithes par rapport aux écosystèmes actuels, ‘’naturels’’ et anthropiques, de Naachtun et de sa région. Le second axe, paléoenvironnemental, vise à utiliser les assemblages de phytolithes fossiles, enregistrés en contextes hors-site, dans les sédiments palustres de bajo, et intrasite, afin de proposer une reconstitution de l’histoire socioenvironnementale de Naachtun. Ce travail de thèse démontre le potentiel de ce nouvel outil pour l’approche des paléoenvironnements dans les basses-terres mayas mais il apporte aussi de nouvelles connaissances sur l’utilisation des zones humides par les populations mayas. Plus largement, ce travail s’insère dans la construction actuelle d’un imaginaire des sociétés mayas conscientes de leur environnement et adaptées à ses changements, contre-exemple de nos problématiques et crises modernes.

 

  • Julien Hiquet, Université de Paris 1 : « Essor monumental et dynamiques des populations: le cas de la cité maya de Naachtun (Guatemala) au Classique ancien (250-600 apr. J.-C.) ». Dir. Ch. Arnauld. Soutenance le 13 janvier 2020. PDF sur demande : julien.hiquet@hotmail.fr

On lit fréquemment que l’architecture impressionnante mise en place par les Mayas n’était pas compatible avec la population résidente des cités (jugée, de manière intuitive, trop réduite pour fournir la main-d’œuvre nécessaire à la construction). A travers l’étude de cas de la cité de Naachtun, dont la plupart des structures monumentales de l’épicentre ont été construites au Classique ancien, alors même que la population était encore peu élevée par rapport à sa taille au Classique récent, notre recherche se propose d’explorer cette situation, que d’aucuns pourraient considérer paradoxale, en confrontant l’estimation quantifiée de la population résidente et le coût énergétique en jours-personnes de l’architecture monumentale publique du site pour chaque sous-phase du Classique ancien. Les spécificités du Classique ancien font de cette thèse un véritable défi méthodologique. Les vestiges de la période étant enfouis sous un paysage classique récent, il a fallu modéliser la croissance de la population et de l’habitat entre les deux périodes. Pour pallier l’incertitude régnant sur les données de l’architecture monumentale ancienne, un logiciel facilitant les simulations de calcul de coût de main-d’œuvre a été développé. Il apparaît que la construction monumentale pouvait être menée à bien sans trop de difficultés par la population locale, appuyée pour les quelques constructions les plus ambitieuses par des travailleurs venus de l’arrière-pays. Le dynamisme et les interactions sociales suscités par les grands chantiers de construction ont pu contribuer à l’attraction et à l’installation de population au tout début du Classique ancien.

 

  • Hemmamuthé Goudiaby, Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne: La mémoire des morts: pratiques funéraires et ancestralité en contexte résidentiel dans les Basses Terres mayas au Classique. Dir. G. Pereira. Soutenance le 14 février 2018. Téléchargement en PDF : Volume I-1 / Volume I-2 / Volume II

Les pratiques funéraires sont, dans l’aire maya, étroitement associées aux ensembles résidentiels. La proximité entre les vivants et les morts y est donc maximale, l’espace quotidien étant tout à la fois un lieu d’habitat et un espace funéraire. Cela soulève un certain nombre de questions quant à la relation entre ces individus défunts et leurs descendants, interrogations encore renforcées par l’important degré de sélection qui semble s’exercer à l’endroit des morts. Les Groupes résidentiels sont, pour ces derniers, des lieux dont l’accès est restreint par un certain nombre de paramètres dont le plus important est sans nul doute le statut – situation complexifiée par l’existence de nombreuses nuances régionales. La présente étude comprend en premier lieu une discussion générale autour de la question des morts dans l’habitat, augmentée d’une discussion méthodologique approfondie concernant la fouille. Elle se poursuit avec la présentation des résultats de la fouille intensive de
l’unité 5N6 de Naachtun (Guatemala), qui illustre concrètement le propos développé précédemment. Enfin, les données de différents sites sont confrontées pour mettre en évidence schémas récurrents et différences, puis discutées à la lumière de quelques exemples ethnographiques.

 

  • Lydie Dussol « Feux et forêts mayas. Étude anthracologique systématique d’une capitale régionale des Basses Terres centrales. Dir. D. Michelet, soutenance le 5 décembre 2017. Téléchargement en PDF.

L’essor et le développement des sociétés mayas anciennes dans un environnement forestier tropical, longtemps réputé hostile, ont soulevé de nombreuses questions, pour la plupart restées sans réponse par manque de données empiriques. Les modèles relatifs à l’exploitation des forêts, à l’impact anthropique sur le milieu et aux stratégies d’adaptation aux changements environnementaux au cours des trois millénaires d’occupation maya, bien que fondés sur des données palynologiques et sédimentologiques, n’ont que rarement été validés par des données archéologiques ou archéobotaniques. En particulier, il n’existe que très peu d’études sur l’économie des bois de feu dans les sociétés mayas préhispaniques, alors que le bois, en tant que ressource de base, constitue assurément un important marqueur écologique et économique dans l’étude des sociétés préindustrielles. Notre projet doctoral avait donc pour objectif principal de reconstituer, par le biais d’une étude anthracologique systématique et diachronique, les stratégies d’acquisition et les usages des bois de feu sur un site maya, afin d’analyser l’impact réciproque entre les activités humaines et les changements du couvert ligneux local sur toute la durée de son occupation. Cette recherche a été menée sur le site de Naachtun, cité de la période classique (250-950 apr. J.-C.) situé à l’extrême nord du Guatemala. Son développement sur huit siècles (≈150-950/1000 apr. J.-C.), les dynamiques de population non linéaires qu’on y observe, ainsi que sa résilience face à la crise du Classique terminal, faisaient tout l’intérêt de Naachtun pour étudier les interactions entre les anciens Mayas et les forêts sur le temps long. Ce travail a nécessité au préalable la compilation d’une collection anatomique de référence des bois des Basses Terres centrales, qui compte aujourd’hui 231 taxons appartenant à 52 familles, matériels physiques et numériques compris. Deux autres thématiques de recherche ont été développées dans ce projet. La première traite de l’impact des processus taphonomiques sur la préservation des charbons archéologiques dans les sites mayas, à travers une étude expérimentale de la combustion de cinq essences de la forêt maya. La seconde a porté sur l’usage du feu et des cendres dans les pratiques rituelles des anciens Mayas. Les dépôts de cendres et de charbons résultant d’actions rituelles y sont examinés selon une approche spatiale de façon à restituer les gestes humains responsables de leur formation. À travers ces trois axes de recherches interdépendants, on démontre l’apport de l’anthracologie dans l’étude des dynamiques socio-environnementales et des comportements humains dans les Basses Terres mayas.

 

  • Julien Sion « Caractérisation socio-économique des élites mayas au Classique terminal (800-950 apr. J.C.): le Groupe B-Sud de Naachtun (Guatemala) ». Dir. Ch. Arnauld, soutenance le 25 mai 2016. Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Téléchargement en PDF.

Au Classique terminal (800-950/1000 apr. J.C.), les Basses Terres mayas connurent une période de crise marquée par une série d’évènements dramatiques et d’épisodes guerriers combinée à des cycles de sécheresse entraînant de profondes transformations, dont la chute des dynasties royales. Très diversifiées et localisées, les modalités d’adaptation politique et économique des entités restent encore mal comprises. La présente recherche porte sur le site de Naachtun (Guatemala), un cas d’étude particulièrement intéressant car la période y est caractérisée par un fort déclin démographique, de faibles investissements constructifs et l’exercice de nouvelles formes de pouvoir après la disparition de la royauté (750-800). Paradoxalement, l’occupation post-dynastique y paraît plus dynamique que dans d’autres centres de la région et certains groupes sociaux de la cité montrent une relative prospérité économique. La recherche vise à caractériser cette prospérité ainsi que les relations entre les entités occupant les grands complexes résidentiels de l’épicentre, grâce à l’analyse des séquences constructives et à la création d’indices quantifiés portant sur les assemblages mobiliers associés. Ce faisant, la recherche détermine également les stratégies que ces groupes élitaires mirent en oeuvre pour s’adapter au contexte bouleversé de l’aire maya. Une attention particulière est portée aux activités impliquant des échanges à longue distance, dont les réseaux étaient en pleine mutation.

 

  • Alejandro Patiño « Pottery, Differenciation, Integration, and Politics: Ceramic Consumption and Manufacture in Naachtun during the Preclassic and the Early Classic Periods ». Unpublished Ph.D. dissertation, Department of Archaeology, University of Calgary, Calgary, 2013.

My research evaluates to what extent transformations in regional networks of socio-economic interaction in the Maya lowlands triggered innovation in ceramic manufacture and consumption in Naachtun between the Late Preclassic and the Early Classic. Comparisons between the ceramic assemblages of the Kuts’ ceramic complex (Late Preclassic) and the Balam ceramic complex (Early Classic) of Naachtun and those documented in other sites in the Maya lowlands indicates that innovation peaked during times when individual socio-economic networks in the lowlands were poorly interconnected, as attested by sharp differences between the assemblages of Naachtun and those reported for other sites. In contrast, more steady and widespread forms of ceramic manufacture and consumption are attested when local and systems of social and economic interaction in the lowlands were tightly associated under the aegis of paramount centers such as El Mirador and Tikal

 


 

– Thèses en cours

  • 2021-2025. Julio Cotom, Université de Paris 1 – MNHN : « Les connexions côtières précolombiennes entre le Nord-Ouest de l’Amérique du Sud et la Mésoamérique: les spondyles (Bivalvia: Spondylidae) du Pacifique Est comme moteur d’échanges ». Dir. G. Pereira et Ph. Bearez.

  • 2020-2024. Benoit Baconnet, Université de Paris 1 : « Eléments de la tradition Río Bec dans les Basses Terres centrales mayas : modalités de la transmission dans l’espace et le temps ». Dir. G. Pereira.

 


 

– Mémoires de Masters

  • 2020-2021 : Julio Cotom, Master 2, MNHN : Les spondyles (Bivalve) du Pacifique Est. Taxonomie, caractérisation morpho-structurale et apports potentiels des analyses archéométriques à la détermination de réseaux d’échanges préhispaniques. Dir. Ph. Bearez.
  • 2020-2021 : Lucie Jacob, Master 2, Université Cote d’Azur : Exploitation des sols par les Mayas au cours de la période classique : le cas des terres noires à Naachtun (Guatemala). Dir. L. Purdue, L. Dussol.
  • 2020-2021 : Hugo Dru, Master 2 de Géographie, Parcours Dynarisk, Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne.
  • 2020-2021 : Amaury Fernandes, Master 2 de Géographie, Université de Paris Saclay.
  • 2019-2020. Benoit Baconnet, Master 2, Université de Paris 1 : Identification et caractérisation d’une tradition Rio Bec dans les Basses Terres centrales mayas : Architecture et iconographie dans le Petén, Guatemala, au Classique Récent/terminal (600-1000 apr. J.-C.). Dir. Eva Lemonnier, Ph. Nondédéo.
  • 2019-2020. Valentin Gransart, Master 2, Université de Paris 1 : Les modalités d’occupation au sein de la partie sud-ouest de l’hinterland de Naachtun (Petén, Guatemala). Dir. Eva Lemonnier, Philippe Nondédéo.
  • 2019-2020. Hugo Dru, Master 1 de Géographie, parcours Dynarisk, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Gestion de la ressource en eau par les anciens mayas aux périodes Préclassique et Classique : étude des réservoirs (aguadas) du secteur de Naachtun (Forêt du Petén au Guatemala). Dir. C. Castanet.
  • 2019-2020. Amaury Fernandes, Master 2 de Géographie, parcours Dynarisk, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Paysages agraires de l’hinterland de Naachtun au Préclassique et au Classique (Petén, Guatemala) : aspects morphologiques, pédologiques et paléoécologiques. Dir. C. Castanet.
  • 2019-2020. Lucie Jacob, Master 1, Université Côte d’Azur : Analyse micromorphologique de l’origine d’une terre noire retrouvée intra-site à la période Classique Maya : le cas de Naachtun. Dir. L Purdue.
  • 2018-2019. Mona Bompard, Master 2 Step, IPGP : Réalisation de Modèles Numériques d’Elévation par analyse et traitement d’un nuage de points 3D LiDAR : Cas du territoire de la cité Maya de Naachtun dans le cadre du Pacunam LiDAR Initiative, Guatemala. Dir. C. Castanet, J. Cavero, P. Nondédéo.
  • 2018-2019. Amaury Fernandes, Master 1 de Géographie, parcours Dynarisk, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Approches géoarchéologique et archéogéographique d’un hydro-agro-système dans les basses terres intertropicales mayas : cas des wetlands features du secteur de Naachtun (Forêt du Petén, Guatemala). Dir. C. Castanet.
  • 2018-2019. Penelope Coggiola, Master 2 de Géographie, parcours Dynarisk, Université Paris Diderot Paris 7 Diderot & amp; LGP : L’évolution à long terme des dynamiques environnementales et socio-environnementales à Naachtun : les apports de l’enregistrement sédimentaire de l’aguada implantée dans le bajo El Infierno. Dir. G. Arnauld-Fasseta, C. Castanet.
  • 2017-2019. Juliette Pageau, Master 2, Université de Paris 1 : Usage du LiDAR dans l’étude diachronique des modalités d’occupation de la zone périphérique au sud-ouest de Naachtun (Petén, Guatemala). Dir. Eva Lemonnier.
  • 2017-2019. Julio Cotom, Maestria, Colegio de Michoacan, Mexique. ¿Y cómo los hicieron?: la manufactura de los objetos de concha del Clásico Tardío-Terminal (c. 750-950/1000 d.C.) en Naachtun, Guatemala.
  • 2017-2018. Penelope Coggiola, Master 1 de Géographie, parcours Dynarisk, Université Paris Diderot Paris 7 Diderot & amp; LGP : L’évolution à long terme des dynamiques environnementales et socio-environnementales à Naachtun : les apports de l’enregistrement sédimentaire de l’aguada implantée dans le bajo El Infierno. Dir. G. Arnauld-Fasseta, C. Castanet.
  • 2012-2013. Nicolas Marincic, Master 2, Université de Paris 1 : La notion de groupes secondaires : le cas de la périphérie sud de Naachtun. Dir. B. Faugère, Ph Nondédéo.
  • 2011-2012. Julien Hiquet, master 2, Université de Paris 1 : Le Classique Ancien à Naachtun. Dir. E. Taladoire, Ph. Nondédéo.
  • 2011-2012. Cyril Vinot, Master 2, Université de Paris 1 : Défense d’un centre politique régional : le cas de Naachtun. Dir. E. Taladoire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search