Edito

Projet archéologique Naachtun 2010-2022 :

Problématique et orientations de la recherche

Naachtun se trouve au cœur des Basses Terres mayas, dans le Nord du Petén guatémaltèque, sur un plateau (350 m d’altitude) que dominèrent les grands sites préclassiques de Mirador, Nakbé, Tintal, entre autres, avec lesquels il partage le même environnement marqué notamment par la présence de vastes étendues marécageuses parsemant le socle karstique. Le premier intérêt du site réside dans le fait qu’il constitue une des rares capitales d’importance de la région à la période classique, comme en témoignent en particulier les plus de 80 stèles et monuments en pierre retrouvées sur place et datant de cette période. Par ailleurs, la localisation de la cité entre Calakmul et Tikal, les deux principales capitales de la période, et son apparente prospérité sur une longue durée font de Naachtun un objet d’étude incontournable si l’on veut comprendre les dynamiques géopolitiques des Basses Terres centrales et le rôle qu’a pu jouer ce site dans les conflits qui ont opposé les deux grandes capitales citées et façonné les relations sociopolitiques entre 300 et 800 apr. J.-C.

Même si un projet antérieur canadien (en 2004 et 2005) avait jeté les bases de la connaissance de ce centre, particulièrement difficile d’accès, celui-ci n’avait pas reçu l’attention qu’il méritait et il constituait véritablement un blanc sur la carte du monde maya classique.

Commencé en 2010, le projet Naachtun (2010-2022) s’attache à comprendre l’histoire, le développement et l’organisation de la cité selon 4 axes principaux :

  • les processus de fondation de la cité au Classique ancien (250-600 apr. J.-C.) ;
  • les processus d’agglomération au sein de celle-ci, en particulier au Classique récent et final (600-950 apr. J.-C.) ;
  • l’organisation du pouvoir et la rotation des sièges de celui-ci au cours des huit siècles d’occupation de la cité ;
  • les fondements de la prospérité que l’on observe tout au long de son histoire.

Aux questionnements antérieurs à propos du site, il faut aussi ajouter celui de la gestion des ressources du milieu naturel (marécage au nord du site, eau, faune, forêt, terres cultivables) et les réponses de ce milieu aux variations climatiques et à l’impact anthroique.

Dans le projet, de très nombreux spécialises interviennent au côté des archéologues : lithiciens, iconologues, épigraphistes, topographes, anthropologues physiques et bio-anthropologues, archéozoologues, anthracologues, sédimentologues, géographes, phytolithiciens, et restaurateurs.

Signalons enfin que suite à l’acquisition d’une image LiDAR en 2017 portant sur 135 km², le projet Naachtun s’est réorienté à partir de 2019 et aborde maintenant moins le site de Naachtun lui-même que son hinterland, c’est-à-dire son territoire de subsistance sur cette aire de 135 km². Il s’agit, dans cette nouvelle phase de la recherche, d’aborder l’organisation sociale, politique et économique à cette nouvelle échelle d’analyse, de même que de mieux appréhender l’exploitation des ressources (en eau, en sols, en bois et en faune) sur le temps long (depuis 600 av. J.-C. jusqu’à 1150 apr. J.-C., soit du Préclassique moyen au Postclassique ancien). Les anciens axes ont donc été repensés à cette nouvelle échelle d’analyse et ce, pour la période 2019-2022 :

  • les processus d’agglomération dans les ensembles résidentiels de l’hinterland,
  • l’habitat dispersé dans cet hinterland,
  • les relais du pouvoir dans cette nouvelle zone d’étude,
  • l’exploitation des ressources dans ce territoire de subsistance.

Travaux et résultats

Naachtun est situé en bordure d’une grande étendue marécageuse qui aurait pu fonctionner par le passé, pour une partie seulement, comme un lac pérenne et fournir la cité en eau (des réservoirs y ont été aménagés) mais aussi en ressources diverses (bois et autres végétaux, poissons, oiseaux aquatiques, mollusques, sans compter les possibles champs cultivés en terrasse sur ses bords ainsi que les champs surélevés identifiés au centre du marécage et associés à des systèmes complexes de canaux). Le cœur de la cité est composé de trois groupes monumentaux. Ils sont désignés d’ouest en est par les lettres C, A et B et disposés sur deux collines séparées par un grand canal de drainage qui conduit les eaux de pluie en direction du marécage au nord et de son grand réservoir qui alimentait une bonne partie des habitants de la cité. L’épicentre politique et monumental concentre, sur une trentaine d’hectares, tous les édifices et espaces publics de la cité : temples, pyramides, palais et autres édifices administratifs organisés autour de vastes places centrales. Cet épicentre est entouré d’une zone résidentielle de plus de 170 ha, abritant plus de 600 structures d’habitat et délimitée au sud par un second marécage. C’est dans cette vaste zone, où alternent unités résidentielles organisées en patios, petits secteurs vides, dépourvus de structures et jadis cultivés, du moins pour certains d’entre eux, de manière intensive, et affleurements rocheux souvent exploités en carrières que résidait une bonne partie de la population de la cité. L’élite quant à elle, et les familles subordonnées à celle-ci, c’est-à-dire la cour royale, vivaient dans les complexes de patios situés aux abords des grandes places publiques.

Les recherches récentes ont montré que la cité a eu une occupation sur plus de huit siècles. Elle a été fondée au début du Classique ancien, vraisemblablement vers 150 apr. J.-C., et abandonnée autour de l’an mille. Autant dire qu’elle couvre l’ensemble de la période classique. Avec ses quelque 80 monuments sculptés en pierre, la cité a été le siège d’un important royaume des Basses Terres centrales, le royaume de la Chauve-Souris, l’installation de la dynastie dans la cité remontant au premier quart du ive siècle. Cette dynastie ancienne, dont nous suivons les réalisations jusqu’aux environs de 760 apr. J.-C. — date de la dernière inscription connue — est très importante politiquement dans la région : on la retrouve mentionnée dans de nombreuses cités comme Calakmul, Uxul, Oxpemul. Elle a notamment participé à la prise de contrôle de la grande Tikal en janvier 378 par les troupes de Teotihuacan, venues du Haut Plateau central mexicain, en s’alliant avec leur chef, Siyaj K’ahk’, considéré comme l’émissaire du dirigeant d’une puissante cité de l’ouest, sans doute Teotihuacan elle-même. L’implication de Naachtun dans ce conflit victorieux va changer le destin de la cité et lui permettre de devenir, sous l’impulsion de la nouvelle dynastie mise en place à la tête de Tikal, une capitale de région prospère, ce qui se traduit par toute une série de constructions nouvelles qui transforment radicalement le cœur de la cité. Par ailleurs, la cité assume alors un rôle régional de premier plan avec la soumission de cités comme Calakmul ou Uxul au cours du ve siècle. Les relations et les liens avec Tikal resteront très forts tout au long de l’histoire du site, sans doute au travers d’alliances matrimoniales et d’accords politiques renouvelés. Cela se traduit également par un fort afflux de biens de prestige et de matières premières, dont certains provenant directement ou indirectement de Teotihuacan (l’obsidienne verte de Pachuca en particulier, mais aussi la pyrite et le mica). Durant tout ce processus de consolidation régionale de l’autorité des dirigeants de la Chauve-Souris, la cité se développe en deux pôles : d’une part, le Groupe A qui devient le cœur politico-rituel de la cité avec son groupe de type E, son jeu de balle et son complexe palatial, d’autre part, le Groupe C qui devient le lieu sacré de la dynastie avec l’édification d’une acropole funéraire où sont inhumés les rois de la cité.

Quelques décennies après l’an 500 apr. J.-C., un basculement semble se produire dans l’histoire de la cité, sans doute en lien avec le déclin de Tikal et avec l’émergence de la dynastie Kanu’l (Serpent), dont la capitale fut d’abord implantée plus au nord, à Dzibanché, puis, en 636 apr. J.-C. plus au sud, à Calakmul, à seulement 30 km de Naachtun. C’est à partir de ces deux capitales successives que les Kanu’l vont soumettre, un à un, les grands centres qui faisaient partie jadis du réseau d’alliances de Tikal. Bien que le début du Classique récent (600-750 apr. J.-C.) demeure encore en partie mal compris à Naachtun, il semble, bel et bien, que la cité ait connu un renversement dynastique ayant conduit à la construction d’un nouveau centre politique avec l’avènement du Groupe B, dans la partie est de la cité. Cette refondation, entre 550 et 600 apr. J.-C., se marque par la construction de nouvelles places et de nouveaux complexes résidentiels royaux. Elle est aussi marquée, peu de temps après, autour de 650 apr. J.-C., par la prise de pouvoir de la dynastie Kanu’l à Naachtun. La probable mainmise de Calakmul sur Naachtun qui dure un environ un siècle (celle de Naachtun sur Calakmul, quelques siècles auparavant, avait duré 80 ans) semble avoir été très mal vécue par la dynastie locale de Naachtun, puisque, d‘une part, on observe un possible hiatus dans l’érection des monuments, et que, d’autre part, une fois l’autonomie de Naachtun restaurée (vers 730 apr. J.-C.), il y eut une destruction en règle des monuments se référant à la dynastie Kanu’l.

L’émancipation de Naachtun vis-à-vis des Kanu’l inaugure une nouvelle ère et une dernière phase d’apogée dans l’histoire de la cité, laquelle va se marquer par de nouvelles constructions, en particulier une nouvelle place principale, l’érection de quelques nouveaux monuments, et la construction de nouveaux quartiers d’habitations pour l’élite royale et les grandes familles nobles. Mais, ce qui frappe avant tout dans cette nouvelle phase qui débute vers 730-750 apr. J.-C., c’est l’ouverture de la cité aux échanges en provenance de toute l’aire maya et au-delà. Cette prospérité tardive, sur plus ou moins deux siècles, ne cesse d’intriguer dans la mesure où la cité paraît avoir connu, aux alentours de 800 apr. J.-C., une désintégration de la dynastie locale, suite en partie au départ d’une branche puissante de celle-ci qui alla occuper le trône de Calakmul laissé vacant par les Kanu’l chassés du pouvoir après leur défaite définitive contre Tikal en 734 apr. J.-C. La disparition de la dynastie locale de Naachtun fut suivie par une importante réorganisation sociale, politique et économique de la cité, à présent aux mains d’une ou de plusieurs familles nobles qui organisent les échanges et lui permettent de prospérer jusque vers 950-1000 apr. J.-C. lorsque son abandon définitif se produit. Mais bon nombre de cités importantes avaient disparu bien avant. Malgré tout, nous savons à présent que des habitants continueront d’habiter dans la cité réoccupant des espaces publics et réalisant des rituels complexes à l’intérieur d’anciens édifices abandonnés jusque vers 1150 apr. J.-C.

Une des particularités de cette cité aux multiples facettes est d’avoir déplacé son centre politique au fil des événements par translations successives depuis l’ouest vers l’est, et non verticalement comme ce fut souvent le cas ailleurs. On peut donc suivre spatialement les différentes refondations de la cité et les corréler avec les grands faits marquants de son histoire.

Par ailleurs, grâce aux études paléo-environnementales et aux travaux géo-archéologiques, nous savons que la population de Naachtun a su adapter, tout au long de son histoire, ses stratégies d’exploitation des ressources de son milieu et mettre en place notamment des stratégies de subsistance résilientes. D’une part, dès les débuts de l’occupation, des espaces cultivés ont été aménagés dans la zone humide du bajo nord, de même qu’en plein cœur de la cité, entre les unités où des mini-parcelles resteront consacrées à l’agriculture tout au long de l’occupation du site. D’autre part, jusqu’aux derniers moments de l’occupation de la cité, au Classique terminal, la standardisation et la spécialisation dans l’usage de certaines essences de bois suggèrent une adaptation constante aux ressources à disposition, ainsi que la possibilité de trouver, dans un rayon de quelques kilomètres autour du site, des zones forestières (sylviculture ?) d’où provenaient essences de bois pour la combustion et la construction, de même qu’animaux sauvages nécessaires à l’apport protéinique. En outre, la bonne gestion du milieu passait par le contrôle des sols puisque différentes techniques agricoles ont pu être employées simultanément (agriculture humide en champs surélevés et agriculture sèche sur paléosol ou en terrasses) et des flux d’eau puisque de nombreux réservoirs et canaux ont été repérés permettant de canaliser, drainer et stocker l’eau de pluie afin de traverser la saison sèche.

Toutes ces données ont été récemment amplifiées grâce à l’obtention d’une image LiDAR sur un secteur de 135 km² qui correspond à une grande partie du territoire de contrôle et de subsistance de Naachtun, tout du moins en territoire guatémaltèque car il est bien évident que l’hinterland de la cité s’étendait également au nord en territoire mexicain. Ainsi, d’après les premières analyses, il ressort que la microrégion de Naachtun était bien plus peuplée que ce que nous pensions jusque-là, et que tout un système agraire intensif et très sophistiqué, à base de champs surélevés et de terrasses agricoles a été mis en place pour subvenir aux besoins de cette importante population.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search