14/06/2021 – Soutenance de thèse de Carlos Morales-Aguilar : “La ocupación maya del norte de Petén (Guatemala) en el Clásico (150-950 d.C.) y su estructuración sociopolítica”

Le Nord du Petén comprend de très nombreux établissements préhispaniques qui se sont développés en fonction des possibilités et des contraintes du milieu karstique local. En se fondant sur un inventaire de 166 sites, dont les caractéristiques sont systématiquement résumées, notre étude cherche à caractériser l’occupation humaine dans la région tout au long du Classique et à préciser sa structuration sociopolitique, changeante au fil du temps. Après le déclin d’El Mirador autour de 150 apr. J.-C., le Nord du Petén a connu une importante restructuration de son occupation et de son organisation sociopolitique. Dans la première partie du IVe siècle, Naachtun est devenu le site le plus important de la région avec, à sa tête, un système de type royal dominé par le lignage de Suutz’. Autour de 550 apr. J.-C., une autre période a débuté suite à l’incursion dans la région de la dynastie Kaanul basée d’abord à Dzibanché, et comme résultat de son expansion. Après le transfert de son centre de pouvoir à Calakmul en 635 apr. J.-C., les sites de notre zone d’étude ont expérimenté un apogée démographique et culturel absolument sans équivalent. À cette époque, le Nord du Petén aurait été administré par au moins deux lignages : Chatahn Winik et Suutz’. En raison des guerres répétées entre Tikal (et ses alliés) et Calakmul et de la défaite de ce dernier en 735 apr. J.-C., le Nord du Petén est entré alors dans une étape de changement politique où le système royal a été remplacé par un système de type corporatif. En même temps, une introduction des styles Rio Bec y est évidente, notamment dans l’architecture et la céramique. Au Classique terminal (830 -950 apr. J.-C.), les Basses Terres mayas (le Nord du Petén inclus) ont connu une période de crise sociopolitique et culturelle. Malgré celle-ci, quelques sites de la région comme Naachtun et El Mirador montrent une relative prospérité jusqu’à la fin de la période. C’est grâce à l’utilisation des données spatiales (LiDAR et images satellitaires) ainsi qu’à celle d’autres outils de l’archéogéographie que l’on peut reconstituer la structuration sociopolitique et les modes d’habitat dans la région.

La thèse a été présentée devant un jury composé de :

Mme Cristina VIDAL LORENZO – Professeure à l’Universitat de València, rapportrice
M. Thomas G. GARRISON – Professeur à l’University of Texas, Austin, rapporteur
M. Richard D. HANSEN – Professeur à l’University of Utah
M. Philippe NONDÉDÉO – Chargé de recherche au CNRS-UMR8096
M. Dominique MICHELET – Directeur de recherche honoraire au CNRS-UMR8096
M. Éric TALADOIRE – Professeur émérite à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search