28/02/2020 – Soutenance de la thèse de Marc Testé : “Histoire Naturelle des Phytolithes des Basses-Terres Mayas – Implication pour la re-constitution des Paléoenvironnements et des interactions sociétés-environnements”

La thèse de Marc TESTÉ a été financée par le LabEx DynamiTe dans le cadre de sa troisième campagne de recrutement de doctorant·e·s, lancée en 2015. Elle a été réalisée sous la direction de Nicole LIMONDIN-LOZOUET et Aline GARNIER, avec pour titre : « Histoire Naturelle des Phytolithes des Basses-Terres Mayas – Implication pour la re-constitution des Paléoenvironnements et des interactions sociétés-environnements ».

Résumé :

Sous les latitudes tropicales, les phytolithes représentent un indicateur clé dans la reconstitution des paléoenvironnements. Pourtant, ils sont encore modestement utilisés dans les études sur les environnements passés des basses-terres mayas, et ce, en dépit du faible potentiel des autres bioindicateurs de la végétation.

C’est dans ce contexte et au travers des riches archives sédimentaires du site archéologique de Naachtun et de ses alentours, que nous proposons une nouvelle approche permettant d’exploiter les avantages inhérents à ces microfossiles siliceux, pour l’étude des environnements passés. Situé à l’extrême nord du Guatemala dans la forêt subtropicale du Petén, le territoire de Naachtun fait l’objet de recherches archéologiques et géoarchéologiques depuis 2010. Par sa localisation géographique au sein des basses-terres et sa proximité aux grands centres politiques mayas, ce site représente un espace clé dans l’évaluation des interactions entre les sociétés mayas et l’environnement au cours des 4 derniers millénaires, problématique principale de ce travail doctoral.

Afin d’y répondre, deux axes méthodologiques ont été privilégiés. Le premier axe concerne une démarche actualiste et a pour but de calibrer les assemblages modernes de phytolithes par rapport aux écosystèmes actuels, « naturels » et anthropiques, de Naachtun et de sa région. Le second axe, paléoenvironnemental, vise à utiliser les assemblages de phytolithes fossiles, enregistrés en contextes hors-site, dans les sédiments palustres de bajo, et intrasite, afin de proposer une reconstitution de l’histoire socioenvironnementale de Naachtun.

Ce travail de thèse démontre le potentiel de ce nouvel outil pour l’approche des paléoenvironnements dans les basses-terres mayas mais il apporte aussi de nouvelles connaissances sur l’utilisation des zones humides par les populations mayas. Plus largement, ce travail s’insère dans la construction actuelle d’un imaginaire des sociétés mayas conscientes de leur environnement et adaptées à ses changements, contre-exemple de nos problématiques et crises modernes.

La thèse a été présentée devant un jury composé de :

  • Nicole LIMONDIN-LOZOUET et Aline GARNIER (directrices) ;
  • Didier GALOP et Margareta TENGBERG (rapporteurs) ;
  • Franck LAVIGNE, Dominique MICHELET et Luc VRYDAGHS (examinateurs) ;
  • Cyril CASTANET (membre invité).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search